L’IFCAM adopte la Fresque du Climat !

L’IFCAM adopte la Fresque du Climat !

Face aux grands défis environnementaux, sociétaux et agricoles, le Crédit Agricole s’engage à accompagner dans les transitions tous ses clients, au cœur de leur vie quotidienne, au cœur de l’économie réelle des territoires.

Pour cela, le Groupe a défini un plan-programme en 10 engagements, regroupés en 3 priorités :

– Agir pour le climat et la transition vers une économie bas-carbone

– Renforcer la cohésion et l’inclusion sociale

– Réussir les transitions agricole et agro-alimentaire

Depuis plusieurs mois, l’IFCAM, l’Université du Groupe Crédit Agricole, accompagne le Projet sociétal et porte un objectif ambitieux : former 100% des collaborateurs du Groupe et élus aux enjeux de la RSE.

Dans ce cadre, l’IFCAM propose dans son catalogue de formation un atelier intitulé « Agir pour les transitions environnementales », reposant sur la Fresque du climat, un outil de référence en matière de sensibilisation au changement climatique.

Echange passionnant avec Céline, Macha et Guillaume, IFCAMiens animateurs de la Fresque du Climat dans le Groupe !

Pour commencer, pouvez-vous nous dire ce qu’est la Fresque du climat ?

Macha : C’est un atelier qui consiste à tracer les liens de causes à effets entre les différents facteurs/concepts impliqués dans le dérèglement climatique, à l’aide d’un jeu de cartes. Cet outil à destination du grand public a été créé par Cédric Ringenbach, et déployé fin 2018 par le biais de l’association La Fresque du climat. Spécialiste du changement climatique, Cédric est ingénieur, conférencier et consultant en transition énergétique. L’atelier repose sur les rapports du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat), organisme de référence sur les questions climatiques. La bonne compréhension des mécanismes concernés permet aux participants d’échanger entre eux et d’identifier des leviers d’action pour amorcer une mise en mouvement en tant que citoyen et/ou entreprise.

Comment est née l’idée de proposer la Fresque du Climat à l’IFCAM & dans le Groupe ?

Guillaume : C’est né d’une initiative privée. J’ai fait la Fresque en tant que citoyen, avec un groupe d’amis… et ça m’a bien secoué ! J’avais envie de faire ma part citoyenne et j’ai décidé de me former pour devenir animateur. En parallèle, le Projet Sociétal du groupe Crédit Agricole venait d’être lancé, et il m’a semblé plus que pertinent de proposer cet atelier dans le cadre du 1er pilier « agir pour le climat et la transition vers une économie bas-carbone ». En parlant de mon expérience auprès de mes collègues, j’ai découvert que Macha était déjà animatrice depuis 2019 ! Avec ma collègue Claire Meunier-Thouret, fraichement devenue animatrice également, nous avons testé la Fresque auprès de l’équipe Projet sociétal interne de l’IFCAM. Le test s’est révélé très concluant et une version adaptée au catalogue a rapidement vue le jour.

Pourquoi proposer la fresque du climat dans le Groupe ?

Guillaume : L’atelier est composé de 2 grandes parties : une première pour comprendre les mécanismes du réchauffement climatique, et une 2nde pour réfléchir aux actions que l’on peut mettre en place. En proposant à des dirigeants de nos cycles de perfectionnement de tester la Fresque, nous nous sommes rendus compte de la puissance de cet outil pour amener la réflexion sur des sujets stratégiques pour le Groupe, dans l’objectif de diminuer le bilan carbone de nos activités. Alors nous avons fait le pari de proposer cet atelier aux comités de direction et conseils d’administration des entités du Groupe. Pari gagné puisqu’en moins de 6 mois, nous avons accompagné une vingtaine d’entités dans cette démarche. L’atelier est un outil puissant au service des dirigeants pour les aider à réfléchir sur le quoi, et comment faire. D’ailleurs, aujourd’hui, l’offre peut être proposée à l’ensemble de nos publics d’apprenants (collaborateurs, élus, etc.), en complémentarité de toutes les ressources disponibles et les dispositifs déjà proposés au catalogue IFCAM autour du Projet sociétal.

Macha : Il est effectivement primordial d’assurer une harmonisation, une homogénéisation du niveau des connaissances en matière de climat afin de déclencher une mise en mouvement et une réflexion sur les actions à mener individuellement et collectivement, quel que soit son métier ; c’est un attendu fort du Projet sociétal du Groupe. Cet exercice permet de comprendre les mécanismes qui sont à l’œuvre dans le dérèglement climatique. Souvent les participants nous disent « ah mais je n’avais pas ça dans mon viseur ! » ; je n’avais pas réalisé que ce phénomène [un des nombreux facteurs que l’on aborde dans le cadre de l’atelier] intervenait dans le dérèglement climatique ».

Céline : Passer par cet atelier permet de dépassionner le débat. C’est un sujet souvent clivant : chacun arrive avec des convictions personnelles, voire des a priori parce que le sujet est très médiatisé, et qu’on entend un peu tout et son contraire… La Fresque permet d’être factuel, de partager les mêmes données chiffrées, basées sur les rapports du GIEC, sans imposer de solution ni de « il faudrait faire ci, ou ça ». Les solutions sont des choix que l’on fait ou non, les solutions appartiennent à chacun d’entre nous, elles sont individuelles, sectorielles, collectives. La Fresque se sont les faits, rien que les faits, pour mettre à plat certaines idées reçues.

Quels sont les retours des personnes formées ?

Macha : Après le jeu des cartes, dans la partie « débriefing », nous demandons aux participants d’exprimer leurs émotions en se positionnant vis-à-vis de 4 émotions primaires : la colère, la peur, la tristesse et la joie. Les messages sont durs, et beaucoup de participants expriment les 3 premières émotions. Lorsque certains expriment de la joie, c’est la joie au sens « espoir », « motivation », « il faut se mettre en mouvement » car ils ont déjà parcouru un certain chemin sur le sujet climatique ; le niveau de conscience climatique est très hétérogène aujourd’hui. Nous avons de très bons retours sur l’atelier qui produit généralement un électrochoc voire amène un déclic. Les personnes disent souvent apprécier le fait que cet exercice ne soit pas culpabilisant : le fait de partir d’un constat, de données non contestables sans aller sur le terrain des recommandations ou des injonctions leur permet de cheminer seuls.

Céline : Souvent la première réaction des participants, c’est de dire que c’est dense intellectuellement. Et après, ils passent par un panel d’émotions qui peut aller du choc, du déni, à la colère… mais jamais à de l’indifférence. L’atelier touche toujours les gens ; surtout dans son format présentiel très riche, qui permet une plus grande appropriation des concepts grâce au débat.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir animateurs de la fresque ?

Macha : Faire une première fresque m’a beaucoup bousculée, très rapidement j’ai suivi la formation pour devenir animatrice. D’abord je me suis entrainée auprès de mon cercle personnel, mes amis, ma famille et puis ensuite, mes collègues. Mon envie première c’était en effet de faire ma part en tant que citoyenne, déclencher une mise en mouvement la plus large possible et de partager ces connaissances avec le plus grand nombre. Profondément, ça me rassurait de voir que j’arrivais à embarquer d’autres personnes, de brainstomer, d’avoir des idées collectivement, de semer des petites graines, c’est rassurant et fédérateur.

Guillaume : En effet il y a cette idée de faire sa part et, égoïstement, je savais que ce qui allait me désangoisser, c’est de me mettre en mouvement.

Céline : J’ai rejoint l’aventure de l’animation au contact de Guillaume, Claire et Macha. Je pense qu’on partage les mêmes motivations : une base d’éco-anxiété et surtout l’envie d’agir, de faire avancer le sujet climat. Devenir animatrice m’a permis de concilier des aspirations personnelles profondes, et mon quotidien professionnel. Le climat, la biodiversité, sont des sujets qui me touchent en tant qu’individu, ce sont des valeurs que je souhaite transmettre à mes enfants. Mettre ce sujet au centre du débat dans un quotidien professionnel a vraiment été une forme de soulagement, et de grande motivation. Chaque animation me donne de l’énergie et si, ne serait-ce qu’une personne me dit « en rentrant chez moi j’ai envie de changer quelque chose, j’ai envie d’agir », et bien pour moi c’est « pari gagné », c’est un moteur énorme pour continuer les animations. Ce sentiment est encore exacerbé lorsqu’à la fin d’une fresque un participant nous questionne sur la formation à suivre pour devenir animateur. Avec l’élargissement de la demande sur cet atelier, nous avons grand besoin de renforts et c’est dans ce cadre que nous avons lancé un appel à candidature au sein du Groupe, à travers notre dispositif Form’Acteurs.

Un mot pour conclure ?

Céline : L’atelier « Agir pour les transitions » basé sur l’outil Fresque du climat est un premier pas, puisque le Projet sociétal du Groupe c’est aussi le sujet de l’inclusion et de la cohésion sociale, ainsi que celui des transitions agricole et agro-alimentaire. C’est pourquoi l’IFCAM a conçu un univers d’apprentissage complet et évolutif, pour accompagner la transformation des métiers dans le temps.

Céline Bur, Ingénieure Formation
Macha Lipszyc, Coordinatrice Pédagogique
Guillaume Pénicaut, Ancien Responsable de l’Institut du Développement des Dirigeants à l’IFCAM, actuellement Délégué Général des Fondations Pays de France et Crédit Agricole Solidarité et Développement à la FNCA.

L’IFCAM adopte la Fresque du Climat !
En haut gauche, de gauche à droite : Céline, Guillaume, Claire & Macha en route pour animer une fresque en région
En bas à gauche : photo issue d’une Fresque réalisée à l’IFCAM
En bas à droite, de gauche à droite : Macha, Céline et Guillaume le jour de l’interview !

  • Claire Chalandon 12 mars 2023

    Bravo à tous pour votre engagement et votre énergie pour amener les collaborateurs crédit agricole à prendre conscience des enjeux climatiques et leur donner envie d’agir individuellement et auprès de nos clients. Ravie de rejoindre le mouvement en animant la fresque pour mes collègues de Centre Est !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez aussi d’autres articles...

Comment s’inspirer des média-sociaux pour nos contenus pédagogiques ?
  • Apprentissage
  • Expériences

Comment s’inspirer des médias sociaux pour nos contenus pédagogiques ?

En 2023 les réseaux sociaux ne comptaient pas moins de 4,88 milliards d’utilisateurs soit 60,6% de la population mondiale. Un chiffre qui fait tourner la tête. Et nombre d’entre eux ont un point commun : la vidéo.Divertissement, actualité, tuto, cuisine, bricolage, jeu vidéo, mode de vie, culture tous les sujets y passent. Les français ont passé […]

22 février 2024 238 vues
Learning Expedition
  • Expériences

Learning Expedition : une rencontre mutuellement apprenante

Les Learning Expéditions, ou voyages apprenants, sont des formidables moments d’échanges de pratiques, de réflexion & de partage, tant pour l’entreprise qui accueille que pour celle qui est reçue. Depuis notre installation sur notre campus, nous avons reçus plusieurs learning Expeditions (Pôle Emploi, l’Université de la SNCF, Canal Academie, FFFOD…).En ce mois de novembre, nous […]

6 décembre 2023 679 vues
Le live : un format pédagogique innovant et engageant !
  • Expériences
  • Innovation

Le live : un format pédagogique innovant et engageant !

Format pédagogique innovant, le live, web conférence interactive reprenant les codes des émissions télé et des réseaux sociaux, permet d’engager les apprenants dans un parcours en les rendant toujours plus acteurs de leurs apprentissages. Retour sur l’expérience de l’IFCAM avec Elodie, Chargée de Promotion et de Communication Marketing et Faty, Manager de Proximité Pôle Pédagogique.

21 septembre 2023 2403 vues