Les formations aux softskills sont de plus en plus nombreuses sur le marché de la formation. Mais une formation en développement personnel n’est pas tout à fait une formation comme les autres… Dans cet article, Isabelle Holie, acheteuse à l’IFCAM partage son expérience et suggère quelques questions à se poser avant de se lancer !

J’exerce des fonctions d’acheteur de prestations pédagogiques auprès de l’Université du groupe Crédit Agricole depuis 2015. J’ai également un parcours de responsable pédagogique de formations en Management et développement personnel depuis 2004. Dans mon cheminement mi personnel mi professionnel, je me suis formée au coaching, à l’approche systémique, à Process Com, à la facilitation en codéveloppement. Je pratique mon métier d’acheteur, éclairée par ma pratique de formateur, coach et facilitateur. Je teste des dispositifs de formation et d’accompagnement proposé par le marché.

Je vous propose de vous partager mon expérience professionnelle en matière d’achat de formations Softskills. Ces offres de formation sont nombreuses sur le marché. En quelques clics vous découvrirez des pages entières de dispositifs. De la simple formation en ligne, aux formations diplômantes de plusieurs mois. Tous les formats existent. Pas facile de s’y retrouver… !

Mon article est une invitation à vous poser des questions avant d’enclencher la commande en vous proposant quelques conseils d’acheteur éclairé sur cette catégorie d’achats que sont les Softskills.

D’où émerge ce besoin de se former aux Softskills ?

France Stratégie fait le constat dans sa publication Compétences transférables et transversales[1] du besoin de se former sur ces compétences.

  • Individuellement, notre progression de carrière nous invite à nous différencier en adaptant nos postures, nos manières d’être.
  • De leur côté, les organisations ont conscience du besoin de développer les compétences transversales de leurs collaborateurs, et de renforcer leur capacité à travailler ensemble. Développer ces compétences permet de fidéliser et attirer plus aisément les talents, et les rendent attractives. Nous avons tous en tête cette évolution de compétences managériales du manager contrôlant vers un manager facilitateur ressource, pour libérer la créativité de ses équipes, et pérenniser la vie de l’entreprise.

Les lignes qui suivent traitent des seuls achats de formations pour les collaborateurs des organisations et non pas de la sphère personnelle. Si vous voulez suivre une formation, hors temps de travail, vous pouvez tout de même vous inspirer des lignes ci-dessous. 

Quelle responsabilité pour l’entreprise ?

Proposer ces formations dans le cadre de l‘entreprise nécessite que le collaborateur garde le libre arbitre de s’y inscrire, ce qui peut être en contradiction avec le lien de subordination de l’employé à l’employeur inscrit dans le droit du travail. Effectivement, le salarié peut être convoqué à une formation, sans son consentement préalable. C’est le cas, par exemple, d’une formation réglementaire qui vise son entreprise à se mettre en conformité par rapport à une exigence du législateur, comme pour les formations Lutte anti-blanchiment. Ou des formations nécessitant d’avoir des compétences spécifiques validées par un diplôme ou une certification pour exercer son métier dans une activité réglementée, comme peuvent l’être la vente d’assurance ou de biens immobiliers.

Pour le développement personnel, le commanditaire s’assurera de l’engagement et la motivation de l’apprenant, en lui donnant le choix. Les résultats n’en seront que plus bénéfiques pour l’entreprise et pour le collaborateur.   

Formations Softskills en présentiel ou en distanciel ?

En développement personnel, ne vous y trompez pas : vous ne pourrez pas faire évoluer vos compétences par le seul suivi de formation en ligne. La classe virtuelle pourra être une alternative intéressante. Pour autant, elle nécessite une réelle compétence de votre formateur, à venir vous chercher individuellement et collectivement, à vous confronter sur des angles morts de vos connaissances de vous. Car subsiste des zones d’ombre que seule la confrontation que le regard de l’autre pose sur vous éclaire. Nécessairement une formation Softskills passe par une étape de rencontre avec l’autre aussi bien le formateur que le groupe d’apprenants.

Acheter des formations Softskills, quelques clés

Jouer ?

Les jeux font partie intégrante de l’architecture pédagogique du dispositif de formation.  Ils permettent d’acquérir de nouvelles connaissances, de renforcer des ancrages. Peu importe que vous soyez sur une boite, des cartes en carton, ou un jeu vidéo ultra sophistiqué, ce qui importe que le jeu permette de développer une compétence cible de la formation. En Softskills, les jeux permettront de prise de conscience pragmatique d’une compétence à renforcer, d’un éclairage sur une connaissance de soi.

Digitalisation, technologie, numérique…

La technologie peut être attractive en termes d’innovation. Elle a eu également eu le mérite de nous permettre de rester connectés dans le contexte de la crise sanitaire, ce qui est précieux.

Certains dispositifs se revendiquent être le Netflix de la formation comportementale. La promesse, des Vidéos Learning, motion design, des e.learning, ou rapid learning , du mobile Learning  des Moocs. Des catalogues pléthoriques dignes des collections développement personnel des grandes librairies numériques. Vous trouverez des modules par milliers. Vous allez donc bénéficier d’une énorme bibliothèque de ressources ; pour autant votre motivation à vous connecter risque d’être challengée.

Pour ne pas vous perdre, vous aurez besoin d’être accompagné dans votre processus d’apprentissage par un formateur, un tuteur, mentor ou coach. Cet accompagnement est la nouvelle forme que prend le parcours de formation mixant digital et humain. L’échange avec l’accompagnant permet de garder le lien humain, précieux en pédagogie pour s’assurer de développer les compétences cibles, se challenger.

Quelles compétences du formateur ?

Le formateur est recruté sur des compétences cibles d’un référentiel posé par son métier et ses capacités à accompagner le commanditaire dans l’écosystème de l’entreprise. Le commanditaire s’assure que la posture du formateur est en adéquation avec les principes d’empathie, de bienveillance, de confidentialité particulièrement sensibles dans ce contexte.

Le commanditaire s’attache au CV du formateur, à ses formations, à son expérience de l’animation, et de conception de formations. Des justificatifs de diplômes, certifications, recommandations sont utiles également, en particulier sur les méthodes et outils adossés au formations comportementales soumis aux droits d’auteur et de propriété intellectuelle.

Le profil du formateur pourra requérir d’un parcours de coach professionnel, voire pour certains thèmes, comme les risques psycho-sociaux, de psychologue. L’objectif est d’être accompagné par un formateur en capacité de détecter un collaborateur en souffrance et si nécessaire de l’accompagner en le protégeant sur son lieu professionnel, et en protégeant aussi le commanditaire.  

Vous avez dit profil de personnalité ?

Des méthodologies ou outils autour des profils de personnalité. Certains de ces outils vous parleront plus que d’autres. Il en existe des centaines sur le marché. Certains sont des offres marketing bien packagées, d’autres le fruit d’observation et de recherches.

Intéressez-vous à ceux qui ont fait l’objet de travaux de recherches, à leur épistémologie, à la formation et aux travaux de recherche de leur auteur, chercheur.

Le plus important est de s’assurer qu’ils servent les objectifs de la formation achetée par votre entreprise.

Il n’est pas forcément utile d’encadrer la relation avec l’éditeur, représentant direct de l’auteur. Le formateur habilité pourra rester votre interlocuteur. Dans votre contrat de prestations pensez à vous assurer d’une clause de garantie d’éviction à la clause de propriété intellectuelle.

Risque de manipulation ou risque sectaire ?

Le commanditaire s’assure que la formation et le formateur ne conduisent pas à des risques de manipulation des apprenants. Le principe de la manipulation est d’emmener le collaborateur sur un chemin qu’il ne souhaite pas emprunter, contraire à ses intérêts.  Par exemple, un Formateur Gourou qui inviterait les apprenants à des séminaires de développement personnel en visant à faire payer des sommes importantes mettant en difficulté financière l’apprenant, sous couvert de promesse d’enrichissement, de quête du bonheur ou d’une vie meilleure.

 « Méditer » en entreprise : est-ce bien le lieu ?

La méditation de pleine conscience rencontre un vif succès. Elle met en avant les vertus de modifier les états de conscience de l’individu et du collectif. L’inscription dans cette démarche doit être libre et autonome.

Dans le cadre de l’entreprise où le salarié est soumis à un lien de subordination de son employeur inscrit dans le droit social, cela pose une question éthique

Le commanditaire peut se poser la question en introduisant des méditations dans cet espace professionnel du rôle et de sa responsabilité d’introduire une pratique spirituelle. 

Le risque sectaire, et Mivilude organe de contrôle gouvernemental

Dans toute la gamme du développement personnel, nous conservons en tête en permanence le risque sectaire. Le gouvernement a mis en place Mivilude, qui propose d’identifier et repérer les « gourous », et leurs sectes.

Acheter de la formation softskills peut paraître simple. Tous, nous pouvons nous croire compétents et avisés pour le pratiquer. S’il est un domaine où rien n’est moins sûr c’est cette typologie d’achat. Mon conseil, être vigilant sans cesse, se poser les bonnes questions sans cesse. Entre raison et intuition, poser ses choix. Et ne pas hésiter questionner formateur et apprenants sur leurs apprentissages.

Isabelle Holie, Responsable des Achats Pédagogiques 

[1] https://www.strategie.gouv.fr/publications/competences-transferables-transversales