Dans le cadre de l’Institut de Développement des Dirigeants (Programme de formation destiné aux Directeurs généraux et aux Présidents du Groupe Crédit Agricole), l’IFCAM élabore des modules de formation de deux jours autour de sujets prospectifs. Ces sujets ne sont pas forcément d’ordre bancaire, mais au contraire ouvrent les neurones sur des champs bien plus généraux de la société, comme l’emploi et le travail à l’ère du numérique. 

A la carte des 13 & 14 septembre 2016 : « Emploi et travail à l’ère du numérique »

Rendez-vous au Kwerk, espace de coworking « bien à l’ouest », concept devenu très courant dans la capitale. Le Kwerk se démarque notamment par son ambiance relax et design, et par son espace bien-être.

Module C Explor - emploi et numérique - IFCAM

C’est bon ? Zen ? Alors au travail.

Le contraste en dit long. Aujourd’hui l’entreprise reste la forme dominante d’organisation de l’activité économique. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. En effet, en 1800, les travailleurs indépendants représentaient 80% de la main d’œuvre ! Et cette ancienne tendance tend justement à devenir la prochaine.

Alors une première question : le numérique rend-il nécessaire une évolution du droit du travail ? Certainement.

Tiens, une seconde question : quid du salarié d’entreprise ? On suppose qu’il ne va pas mourir si vite.

Allez, une troisième : pourra-t-on cumuler plusieurs emplois ? Oui, c’est fort possible. Nos parents ont exercé une activité durant toute leur vie, la génération Y en changera plusieurs fois. Nos enfants les cumuleront.

En attendant, les Dirigeants participant au séminaire ont pu également se rendre compte des avancées potentiellement vertigineuses de l’Intelligence Artificielle. Aujourd’hui la pratique se concentre sur des intelligences faibles (jouer au jeu de Go, piloter des véhicules). L’ère des intelligences fortes, c’est-à-dire généralisées, capables de raisonner sur tous les domaines, dans tous les contextes comme l’intelligence humaine semble encore lointaine mais les progrès de la recherche nous obligent à repenser la place de l’homme dans le monde du travail.

ère-numérique-robots

Plus généralement, le développement de l’intelligence artificielle nous expose à des questions éthiques et politiques inédites. Ainsi par exemple, l’intelligence artificielle va nous dispenser de nombreux apprentissages (plus la peine d’apprendre à écrire, ni d’apprendre les langues étrangères). Ça donne le vertige hein ?

Et ce n’est pas tout.

En 2030, nous serons entourés de 50 à 100 milliards d’objets connectés qui collecteront et transmettront des masses de données considérables. Le grand danger auquel nous nous exposons alors, c’est une perte massive de vie privée et de liberté individuelle. Heureusement certaines startups (comme la très prometteuse SNIPS) se proposent déjà de tirer le meilleur parti de cette vie numérique pour se simplifier la vie avec un minimum de données privées et sans stockage existant (l’algorithme est exécuté sur le mobile de l’utilisateur, les données ne sont pas transmises ni stockées ailleurs).

Bref, ça bouge tellement que ça effraie aisément ! Mais c’est comme en politique, tout peut se passer aussi très différemment. Premier boom de ces derniers jours : les Objets connectés peuvent être autant d’objets visés par les hackeurs pour s’introduire chez vous… ce qui risque de rapidement calmer les chiffres. Qui aura le dernier mot ?

Guillaume PENICAUT, Chargé de coordination pédagogique