Depuis quelques mois, l’AFEST (Action de Formation en Situation de Travail) est sur toutes les lèvres.

Vous avez bien compris ce qu’est l’AFEST et quels sont ses enjeux et vous vous demandez maintenant si cette modalité est applicable dans votre contexte ? Cet article est fait pour vous !

AFEST vs Tutorat

Si vous avez déjà parlé de l’AFEST autour de vous, certains vous ont peut-être répondu « ok, mais c’est du tutorat/monitorat en fait, et ça on en fait déjà depuis des années … ».

Il convient de rappeler la différence entre ces deux modalités de formation. Alors que le tutorat couvre un ensemble très large de postures (on donne des tâches à réaliser, on explique, on montre, on évalue, on laisse faire en regardant de loin, …), l’AFEST couvre une posture très précise, avec une intention pédagogique clairement définie (sur la base d’objectifs détaillés, on pose le cadre, puis on laisse faire l’apprenant en l’observant attentivement, ensuite, l’accompagnateur le débriefe en le faisant réfléchir sur ce qu’il a fait).

L’AFEST n’est pas une nouvelle modalité de formation. Ce sont les 4 critères légaux qui la définissent qui sont nouveaux (analyse de l’activité de travail, désignation préalable d’un formateur, phases réflexives distinctes, évaluations spécifiques des acquis). En résumé, une AFEST est un parcours entouré d’un certain formalisme visant un objectif professionnel alternant phases de travail et de réflexion, accompagné, évalué et traçable.

Par rapport à du tutorat, l’AFEST est une modalité pédagogique qui permet de satisfaire l’obligation de formation de l’employeur envers le salarié.

5 questions à se poser avant de proposer une AFEST

Ceci étant posé, l’AFEST a-t-elle une place dans vos dispositifs ? Autrement dit, sur quels critères évaluer sa pertinence ? Nous vous proposons 5 questions clés pour vous guider.

  1. Quel est le contexte ? La mise en place de l’AFEST nécessite des enjeux forts (une transformation, des départs à la retraite nombreux, une ambition business forte), une ligne managériale N+2-N+1 sponsor de la démarche, un droit à l’erreur ou « au tâtonnement » autorisé.
  2. Quelles sont les compétences ? Pour analyser l’activité pouvant faire l’objet d’une AFEST, il faut se référer aux référentiels métiers compétences afin de repérer les situations de travail. Il convient alors de les analyser et de les aménager si besoin afin de décrire les situations de travail réelles. Ce sont les situations de travail les plus critiques, nécessitant une intelligence situationnelle sur lesquelles l’AFEST apportera une valeur ajoutée par rapport aux autres dispositifs.
    Autrement dit, il faut aller sur le terrain et repérer les écarts entre le travail réel et le travail prescrit. « On ne découvre pas les problèmes en restant assis à son bureau. Les personnes en charge de la formation doivent aller à la rencontre des encadrants afin de trouver les problèmes susceptibles d’être résolus par la formation. » (Channing Rice Dooley)
  3. Qui sont les apprenants ? Il s’agit d’estimer qui sera concerné et où, en sachant que l’AFEST n’est pas pertinent pour les premiers jours d’intégration dans une équipe.
    Si l’AFEST est envisageable pour un groupe, avec un même accompagnateur tout au long, la phase de debrief et l’évaluation sont par définition individuelles.
  4. Quels sont les accompagnateurs ? Avec l’AFEST, il importe que l’accompagnateur sache créer un cadre sécurisant, observer l’apprenant tout en le laissant faire un maximum, le questionner pour l’aider à prendre du recul sur ce qu’il vient de faire. Il est donc recommandé d’éviter une personne qui a une relation hiérarchique avec l’apprenant.
  5. Quels temps sont alloués ? Il faut prévoir un temps d’information des apprenant/accompagnateur/manager, de préparation (définition des objectifs, identification des situations), d’observation et de debrief. Ces deux derniers temps doivent pouvoir bouger. L’AFEST est un dispositif souple et agile qui, si besoin, peut s’articuler avec du tutorat ou une formation classique.

Alors, adaptée à toutes les situations, l’AFEST ? Certainement pas. Mais l’AFEST a le mérite de présenter une possibilité supplémentaire pour ceux qui veulent se former ou en ont besoin. Elle répond particulièrement bien à des situations comme l’absence sur le marché d’une offre de formation adaptée, un savoir-faire rare, l’acquisition de compétences spécifiques ou encore un public peu réceptif à un apprentissage classique.

Evelyne Truong, Chef de projets Formation