En 1942, l’intelligence artificielle était déjà fortement considérée : Isaac Asimov formulait les trois lois de la robotique, ces règles auxquelles tous les robots positroniques qui apparaissent dans ses romans devaient obéir.

En 2017, dans le cadre de l’Institut de Développement des Dirigeants (Programme de formation destiné aux Directeurs généraux et aux Présidents du Groupe), l’IFCAM a proposé à une dizaine de dirigeants d’en savoir plus sur les promesses et les enjeux de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle peut-elle optimiser les relations clients ?

Rendez-vous au showroom d’IBM France, le second plus grand du Groupe après celui de son siège à Dallas. Sur 600 mètres carrés, le Global Solution Center propose une dizaine d’espaces immersifs ayant pour objectif de montrer comment la relation client peut être optimisée.

IBM - showroom - intelligence artificielle - IFCAM

Les experts semblent converger vers une idée commune : notre relation avec l’IA se fera en langage naturel. Vous converserez avec des apps comme vous parlez aujourd’hui avec un être humain. Les prototypes sont déjà sur le commerce. Avec Buddy notamment, robot de compagnonnage qui connaîtra plusieurs versions et mises à jour mais qui, aujourd’hui, se meut dans votre maison en toute liberté, reconnait les personnes, prend une photo et fait une vidéo sur demande et sait tenir une conversation.

L’intelligence artificielle est-elle une révolution anthropologique majeure ?

Oui.
Même si nous n’en sommes aujourd’hui qu’au stade des intelligences artificielles faibles / restreintes, limitées au traitement de problèmes très spécifiques, et encore très loin des intelligences artificielles fortes / généralisées, qui auraient des aptitudes comparables à celles du cerveau humain, la technologie ne marche pas, elle court.

Guillaume PENICAUT, Chargé de mission pédagogique