L’Université d’Hiver de la Formation Professionnelle s’est déroulée du 29 janvier au 1er février, à Biarritz. Une belle occasion de situer le positionnement innovant de l’IFCAM, en proximité avec les acteurs du marché de la formation professionnelle. Nos principes d’action : co-construction, mutualisation et personnalisation résonnent avec tous les propos tenus par François Taddei : intelligence collective, interdisciplinarité, apprentissage par les pairs, reconnaissance….

Apprentissage, réforme et ateliers

En ouverture de l’Université, François Taddéi rappelle l’importance de l’éthique de l’action (phronesis) pour les professionnels de « l’apprendre », parmi les trois formes de la connaissance d’Aristote. Les deux autres étant la connaissance du monde (l’épistémé) et la technique ou la technologie (la techné).
Le ton est donné : au XXIe siècle, construire une société dont on souhaite qu’elle soit apprenante, suppose la formalisation des apprentissages, leur mise en commun et la transdisciplinarité.
Au-delà des capacités calculatoires et analytiques pour lesquelles les machines sont aujourd’hui plus performantes, il est nécessaire de développer les compétences liées à l’humain (questionnement, coopération, empathie…)
De nouveaux services pour une cité apprenante sont à inventer, F. Taddéi nous invite à une société de la reconnaissance : reconnaissance de nos apprentissages, de ceux qui nous permettent d’apprendre et de ce que nous apportons aux autres.

La première journée se termine avec la Ministre du Travail.  La Loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel est entrée en application dès janvier 2019 et la réforme est bien engagée dans la mise en œuvre. Les parties prenantes (Etat, régions, organisations syndicales, organismes de formation, OPCA/OPCO..), semblent toutes d’accord sur l’objectif. Muriel Pénicaud rappelle en quoi la compétence est un enjeu stratégique et planétaire et comment la nouvelle loi permet d’élargir les façons de former et de se former. L’autonomisation dans les choix individuels et les pratiques, avec le CPF, le rapprochement du travail et de la formation, avec l’AFEST, et l’alternance sont autant de défis que les acteurs, y compris les apprenants, ont à relever et pour lesquels un changement de culture est indispensable. Le PIC (Plan d’Investissement Compétences) a été mis en place pour accompagner toutes ces transformations.

Les jours suivants, les ateliers et conférences se succèdent mais ne se ressemblent pas : du partage de pratiques pédagogiques innovantes à des tables rondes pour l’élaboration d’une compréhension commune des effets de la loi et de ses décrets.
Au programme : digitalisation du présentiel,  intelligence technologique au service de l’intelligence humaine, place du formateur, évaluation, gamification (escape game en classe virtuelle), co-design d’espaces d’apprentissages, etc.
Les questions de la mise en œuvre de l’AFEST, du CPF, de la qualité des offres et de la certification des prestataires, étaient sur toutes les lèvres avec de nombreuses questions encore en suspens.

L’expérience apprenant à l’IFCAM et le dispositif Camp’use

Mercredi 30 janvier, nous avons eu le plaisir de co-animer un atelier sur l’accompagnement des formateurs dans la digitalisation des formations avec Mathilde Bourdat de la Cegos et Nathalie Bourcheix Leblond de IP2A.

Notre démarche sur l’Expérience Apprenant, encore inédite, a interpellé nos interlocuteurs, curieux de ce facteur de différenciation dans un marché concurrentiel qui s’ouvre bientôt aux 33 millions de comptes CPF.

Nous y avons présenté notre nouveau dispositif Camp’Use, dont l’objectif est d’accompagner les formateurs à l’animation de formation en présentiel augmenté et de développer des usages pédagogiques des différentes ressources du Campus IFCAM.

Les ingrédients de cette formation ont été dévoilés et/ou testés :

  • un autodiagnostic amont/ aval pour évaluer les usages et leurs évolutions
  • des ressources en mobile learning : Campus en poche, pour préparer ses animations ;
  • des ateliers de mise en œuvre en présentiel
  • un catalogue des usages co-construit et mutualisé, une communauté de pairs.

Extrait « Campus en Poche »

 Grâce à l’outil de brainstorming numérique, Yellow, et une animation ludique et interactive, nous avons pu recueillir les réponses à deux questions :

  • Quels sont les usages actuels des entreprises et organismes de formation ?
  • Quelles sont les pratiques d’accompagnement des formateurs ?

A la première question, les participants ont indiqué mettre en œuvre des dispositifs mixtes ou blended, en pédagogie inversée, des quiz, des MOOC, du mobile learning, etc.

Plusieurs idées ont été partagées quant à la question des pratiques d’accompagnement des intervenants : diagnostic des pratiques, co-construction avec les « utilisateurs » (les formateurs apprenants), accompagnement au changement en s’autorisant à penser « out of the box » ou encore nouvelles approches d’évaluations.

L’approche par les usages dans une logique Expérience Apprenant a séduit les participants. L’idée de co-construire avec nos formateurs et les collaborateurs de l’IFCAM, un dispositif dédié aux usages pédagogiques des ressources du Campus leur a semblé particulièrement pertinente, face à un constat partagé par les acteurs rencontrés d’une sous-utilisation de ces ressources.

De belles rencontres : GNFA, Croix Rouge Française, AGO Formation, Université de Nantes, Dawan, et d’autres encore, pour de futures learning expéditions et partages de pratiques.

Pour en savoir plus sur l’UHFP :
– Sur twitter #UHFP2019
– www.Centre-Inffo.fr

Bibliographie : François Taddéi, 2018, Apprendre au XXIe siècle, Editions Calmann Lévy

Dorothée Cavignaux-Bros, Ingénieure Formation 

Nathalie Paquet-Vérot, Responsable Communication et Expérience Apprenant