Après-midi débat du 9 octobre 2017 à la Conférence E&P. L’émergence du Digital a bousculé nos pratiques professionnelles ; à un tel point qu’il est incontestable que les compétences soient amenées à se développer autrement. Pour ce faire, les classes virtuelles, les webinars, les e-learning, les vidéos explicatives, serious game et autres modalités pédagogiques digitales ont investi pleinement nos offres de formation.

La question pertinente qui est posée par E&P concerne les « lieu(x) d’apprendre ».

Peut-on toujours penser la formation au travers de ces fameux « centres, salles et bureaux »  de formation ?

Pour engager cette réflexion, dsides et E&P proposent d’interagir autour de 3 sous-questions :

–   « La salle de formation est-elle encore nécessaire ? »

 –   « Quels espaces de travail pour les métiers de la formation ? »

 –   « En dehors de la salle de formation, quels lieux pour apprendre dans l’entreprise ? »

Des témoignages d’entreprises et interventions d’experts ont rythmé cet après-midi débat dans le but de nous permettre de nous saisir de cette réflexion, de nous l’approprier et de la transposer à nos propres espaces. Pour nous immerger dans l’ambiance, il a été inspirant de se trouver dans un cadre propice à l’aménagement des espaces, à savoir le cabinet d’architectes SCAU.

Explor'Action : données personnelles

Espaces physiques d’apprentissage et leur nouveau rôle

Le cas de l’Université du Mirail à Toulouse, projet de l’architecte Georges Candilis mis en œuvre dans les années 70, a montré comment espace et mode de gouvernance sont étroitement liées, et comment l’organisation de l’interdisciplinarité et l’approche réseau, passent aussi par l’aménagement d’espaces physiques.

Sandra Enlart a rappelé comment on peut lire le social à travers les espaces, que modèles et espaces pédagogiques sont imbriqués les uns avec les autres et nécessitent d’être repensés en relation avec la professionnalisation des acteurs de la formation.

Le Campus EDF de Saclay a ensuite été présenté avec ses nombreux espaces destinés à travailler ensemble, innover et apprendre, dans une logique de « pôle d’excellence »  qui associe recherche, formation et innovation industrielle : la learning factory, le learning lab, le showroom, …

Enfin un témoignage sur le projet the Camp a permis de conclure cette rencontre. « Camp de base » ouvert à Aix en Provence, campus non diplômant, il est à la fois lieu de vie et d’apprentissage, ouvert et transdisciplinaire, conçu dans une approche « ville du futur ».

thecamp - presentation - ifcam

Mais alors, quelle réflexion pour les espaces IFCAM ?

La question de l’environnement d’apprentissage a été posée dès le début des années 2000, par Bernard Blandin, directeur de recherche du groupe CESI et chercheur au CREF. Il le définit comme « les éléments délimitant les contours et les composants d’une situation, quelle qu’elle soit, au cours de laquelle il est possible “d’apprendre”, c’est-à-dire de mettre en œuvre un processus de changement des conduites et/ou des connaissances ».

Si l’environnement personnel d’apprentissage ou personal learning environment, a d’abord concerné les environnements informatiques pour l’apprentissage humain (ou EIAH), on assiste aujourd’hui à un mouvement de société qui consiste aussi à repenser les espaces physiques et l’articulation du physique et du virtuel comme le traduit le néologisme Phygital.

De plus en plus d’espaces ouverts, physiques et numériques apparaissent : des fab labs, learning labs, espaces pour travailler et apprendre collectivement, lors de séances de co-design ou dans des hackathons mêlant usages digitaux et prototypage rapide.

apprendre autrement

Campus Silvae - IFCAM

La salle de formation est-elle encore nécessaire ?

En ce qui nous concerne, la salle de formation reste un espace nécessaire. Les apprenants réclament des formations au contact d’autres collègues, en complément du distanciel et de l’expérimentation sur le lieu de travail, preuve que le brassage des pratiques et des idées en face à face hors de son milieu professionnel habituel présente bien des avantages.

Il est aussi évident que la Formation s’étend au-delà de la salle de formation. Le Digital a permis à la Formation d’être accessible, à tout moment, personnalisable et ludique. Alors comment appliquer à nos salles de formation cette impulsion dynamique ? Sur le campus IFCAM, les espaces d’apprentissage physiques sont pensés en co-learning (le fait d’apprendre en mode collaboratif), propices à la pédagogie active, collaborative et ludique et possèdent des outils pour stimuler la créativité, l’expérimentation et l’échange.

Ainsi, on peut imaginer de nombreuses possibilités : des animations augmentées sur tablette et smartphone ; ou encore les classes connectées qui permettent des live-tweets et d’élargir la zone de participation à des collaborateurs à distance. Et aussi, des écrans tactiles activés via la solution logicielle Yellow permettant aux apprenants de participer activement aux contenus partagés.

Quels espaces de travail pour les métiers de la formation ?

En qualité d’acteur formation, nous favorisons l’expérience apprenante et bâtissons des dispositifs de formation stimulants et engageants. La créativité est au cœur de notre action et pour cela, il nous faut disposer de lieux et outils inspirants. Le campus Silvaé offre un éventail de possibilités.

Les espaces sont divers, modulables et équipés de mobiliers aux formes, matières et couleurs chaleureuses. Par exemple, les coulisses des intervenants permettent aux animateurs de partager leurs expériences. Les salles Comics, Cluedo et Street Art immergent les collaborateurs dans une ambiance créative. La salle Tétris héberge des projets éphémères. Nous disposons d’une salle vidéo pour concevoir nos propres vidéos et d’une salle de tests pour expérimenter, en environnement réel, nos productions. Nous disposons aussi d’un petit théâtre, un amphithéâtre et un showroom pour des expositions et présentations en plénière. Nous avons un projet de Fablab (laboratoire d’apprentissage) en cours.

Les espaces de travail sont ouverts pour impulser cette dynamique de mouvement permanent incarnée par le flex-bureau avec aussi des bulles projets, visio et informelles pour des temps d’échanges privilégiés ou de concentration individuelle. Les outils sont innovants (imprimante scanner, écran tactile, murs écritoires pour les prototypages d’idées ou les brainstormings.

Autant d’espaces à investir pour réaliser autrement nos missions pédagogiques.

Campus Silvae - IFCAM

En dehors de la salle de formation, quels lieux pour apprendre dans l’entreprise ?

La Formation s’étend sur de nouveaux espaces informels entre apprenants.

En ce qui concerne l’IFCAM et le nouveau campus Silvaé, de nombreux espaces sont prévus et non prévus (à savoir détournables de leur fonction première). Ainsi, le Foyer ou Lounge apprenants offre un cadre cosy permettant à ces derniers d’échanger avant, pendant et après autour des savoirs ; et propose une bibliothèque amenée à s’étoffer. Le Grand Hall avec ses togunas est un autre espace d’échanges et d’apprentissage collectif ou individuel. L’IFCAM y mettra à disposition des apprenants des tablettes ou PC dans l’idée d’apprendre ensemble ou d’apprendre les uns des autres.

Par ailleurs, l’IFCAM a investi un showroom, espace convivial avec café et terrasse, pour permettre des rencontres et des découvertes sur l’apprentissage d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Lieu animé toute l’année et ouvert à tous les collaborateurs du Groupe, il propose des ressources pédagogiques à expérimenter, à transposer, à faire évoluer. Des temps forts sont également organisés, en particulier une ou deux expositions temporaires qui permettent aux apprenants de se projeter et d’imaginer l’apprentissage du futur.

Au Campus de l’IFCAM, tout est fait pour que nous, collaborateurs, puissions investir, ces lieux d’apprendre, les exploiter et découvrir les possibilités pédagogiques qu’ils offrent …

Laurène KITENDA, Ingénieur Formation

Nathalie PAQUET-VEROT, Responsable Offre, Marketing & Communication

Dorothée CAVIGNAUX-BROS, Ingénieure pédagogique